Voir le programme du quartier

Le quartier Saint-Nicolas, communément appelé « le quartier des Arsouilles », tient son nom de l’édifice religieux qui s’élève au milieu de la rue du même nom.  Un quartier qui a traversé des siècles d’histoire, notamment en étant le centre de combats au XVIIème siècle lors de l’assaut de la citadelle par les troupes françaises dirigées par Vauban.  C’est également en son sein que s’est développée l’activité de tannerie dont le nom d’une des rues du quartier rappelle l’importance de ce commerce pour le quartier Saint-Nicolas à l’époque.

Un quartier, haut en couleur, qui peut se targuer d’illustres personnes qui l’ont habité.  Nicolas Bosret  le célèbre compositeur du Bia Bouquet, a vécu toute sa vie dans ce quartier où il avait vu le jour le 5 mars 1799 ; Arthur Masson, l’un des grands auteurs de la littérature wallonne, a élu domicile dans ce quartier qu’il ne quitta plus jusqu’à sa mort ; Man Cath, une forte personnalité qui anima le quartier tout au long des 104 années de sa vie.

Un quartier qui se veut animé et qui comprend différentes associations pleines d’entrain pour organiser activités et événements.  Le comité des Arsouilles joue un grand rôle dans l’organisation des Fêtes de Wallonie. L’asbl Cinex,  la Maison Médicale, l’Institut Félicien Rops, l’asbl Coquelicot, le comité d’habitants, le Fonds du logement, l’atelier Vélo, le centre culturel turc, l’Ecole des devoirs, et j’en passe, sont des associations qui font vivre le quartier.  Un quartier qui aujourd’hui dépasse les frontières tant la richesse multiculturelle qu’il possède est grande, grâce aux nationalités des quatre coins du monde qui s’y côtoient.

Tout à fait décentré, trop souvent mal considéré, le quartier des Arsouilles, « les Marolles de Namur », se transforme petit à petit par les divergences de sa population et par la volonté de ceux qui l’animent.

Une chose est certaine : les racines restent bien encrées pour faire de ce quartier, le plus populaire de Namur, l’un des rares où l’on danse encore sur la rue, comme au bon vieux temps…
Le quartier Saint-Nicolas, communément appelé « le quartier des Arsouilles », tient son nom de l’édifice religieux qui s’élève au milieu de la rue du même nom.  Un quartier qui a traversé des siècles d’histoire, notamment en étant le centre de combats au XVIIème siècle lors de l’assaut de la citadelle par les troupes françaises dirigées par Vauban.  C’est également en son sein que s’est développée l’activité de tannerie dont le nom d’une des rues du quartier rappelle l’importance de ce commerce pour le quartier Saint-Nicolas à l’époque.

Un quartier, haut en couleur, qui peut se targuer d’illustres personnes qui l’ont habité.  Nicolas Bosret  le célèbre compositeur du Bia Bouquet, a vécu toute sa vie dans ce quartier où il avait vu le jour le 5 mars 1799 ; Arthur Masson, l’un des grands auteurs de la littérature wallonne, a élu domicile dans ce quartier qu’il ne quitta plus jusqu’à sa mort ; Man Cath, une forte personnalité qui anima le quartier tout au long des 104 années de sa vie.

Un quartier qui se veut animé et qui comprend différentes associations pleines d’entrain pour organiser activités et événements.  Le comité des Arsouilles joue un grand rôle dans l’organisation des Fêtes de Wallonie. L’asbl Cinex,  la Maison Médicale, l’Institut Félicien Rops, l’asbl Coquelicot, le comité d’habitants, le Fonds du logement, l’atelier Vélo, le centre culturel turc, l’Ecole des devoirs, et j’en passe, sont des associations qui font vivre le quartier.  Un quartier qui aujourd’hui dépasse les frontières tant la richesse multiculturelle qu’il possède est grande, grâce aux nationalités des quatre coins du monde qui s’y côtoient.

Tout à fait décentré, trop souvent mal considéré, le quartier des Arsouilles, « les Marolles de Namur », se transforme petit à petit par les divergences de sa population et par la volonté de ceux qui l’animent.

Une chose est certaine : les racines restent bien encrées pour faire de ce quartier, le plus populaire de Namur, l’un des rares où l’on danse encore sur la rue, comme au bon vieux temps…

Les Wallonies
dans votre poche