L’accès à l’événement

Dimanche 19 septembre 2021 – 19h00

Delta

L’événement sera retransmis par la télévision locale Boukè (Canal C).

Toutes les informations relatives aux conditions d’accès et aux mesures sanitaires en vigueur sur https://www.fetesdewallonie.be/infos-pratiques/

La remise de la Gaillarde d’Argent

Il s’agit d’une soirée-spectacle suivie d’une réception accessible à tous. À cette occasion, le CCW remet une « Gaillarde d’Argent » à une personnalité namuroise, dont l’activité a un retentissement certain au sein de la population et qui fait rayonner la Wallonie au-delà de ses frontières.

L’édition 2021

Cette cérémonie se déroulera cette année lors de la soirée de clôture des Fêtes le dimanche 19 septembre 2021 à 19h00, au Delta. Elle sera présentée par le comédien Vincent Pagé.

Elle comprendra :

  • La remise des Prix du Concours de Vitrines ;
  • La remise du Prix du commerçant Namurois ;
  • La remise de la Gaillarde d’Argent à Michel Lecomte ;
  • Un concert d’Attitude chante Johnny Hallyday ;

La soirée se clôturera aux alentours de 23h00.

Le lauréat de la Gaillarde 2021

La Gaillarde d’Argent 2021 est attribuée au journaliste sportif de la RTBF Michel Lecomte.

Figure emblématique du paysage audiovisuel et Namurois d’origine, Michel Lecomte a plus de quarante années de journalisme à son actif.

Le CCW a notamment été sensible au fait qu’un des chapitres de son livre biographique ait été consacré à Namur et à ses Fêtes de Wallonie. Pour toutes ces raisons, les membres du CCW ont estimé que Michel Lecomte remplissait pleinement les critères d’octroi de la traditionnelle Gaillarde d’Argent.

Biographie

Après ses études en communication à l’IHECS et deux années comme journaliste indépendant, Michel Lecomte entre à la RTBF à Namur en 1980. Il est alors le premier journaliste sportif radio du Centre RTBF Namur – Luxembourg – Brabant wallon. Il prend en charge les décrochages matinaux en radio et les plateaux dans  « Vendredi Sports ».

En 1986, il rejoint la rédaction des sports TV à Bruxelles et en devient le chef en 2003.  Parallèlement à sa carrière de journaliste sportif, Michel Lecomte retourne aussi, durant une douzaine d’années, dans le monde académique et enseigne à l’IHECS.

Habitué des grands rendez-vous sportifs, Michel Lecomte a présenté plusieurs éditions des Jeux Olympiques, dont ceux de Los Angeles en 1984, de Séoul en 1988, de Barcelone en 1992 et d’Atlanta en 1996.

En football, il présente en alternance avec André Remy « Mexigoal » en 1986 et la coupe du monde de 1994 depuis des lieux insolites comme un monastère ou encore une caserne.

Aux commentaires, Michel Lecomte a suivi le motocross, la vitesse pure moto, le championnat de football belge et de nombreux matches internationaux, dont la dernière finale remportée par un club belge en Coupe qui opposait Malines à l’Ajax Amsterdam, le 11 mai 1988.

Toujours en football, ses commentaires nous ont également fait vivre différentes coupes du monde et championnats d’Europe : en Allemagne en 1988, en Italie en 1990 où il commente son premier match des Diables contre l’Uruguay, en Angleterre en 1996, en France en 1998, chez nous et aux Pays-Bas en 2000 et enfin au Japon et en Corée en 2002.

Sur les plateaux d’émissions sportives, Michel Lecomte était à l’écran lors de la première émission de « Match 1 » en septembre 1987, dans le « Week-end sportif » ainsi que pour « Studio Foot » et « Studio 1 ».

Finalement, l’homme, passionné par ce qu’il n’a encore jamais fait, à savoir les grands reportages et les grands documentaires, était chef de la rédaction sportive qui, depuis 2008, s’est élargie à la TV, la radio et le web.

En TV, il présentait sur la Deux l’émission hebdomadaire de foot « La Tribune », avec Benjamin Deceuninck et ses consultants.

Michel Lecomte a récemment publié le livre « Mes arrêts sur images » par Stéphane Hoebeke, dont une partie est en libre accès et dans lequel il aborde son parcours.

(Source : RTBF)

L’origine de la Gaillarde d’Argent

Une gaillarde est une petite fleur champêtre qui servit d’emblème aux révolutionnaires de septembre de 1830 et qui désormais est devenue l’emblème officiel floral de la Wallonie. Rouge en son centre et jaune à l’extrémité de ses pétales, elle rappelle indubitablement les couleurs du drapeau wallon.

La Gaillarde est devenue cette distinction suprême décernée par le Comité Central de Wallonie à ces namurois qui ont illustré les mérites de la Wallonie. Cette tradition est née en 1928, dans le cadre des Fêtes de Wallonie, où l’on assistait à l’époque à la création de joutes littéraires. Les vainqueurs recevaient la Gaillarde d’Argent.

Par la suite cet usage s’est étendu à d’autres domaines, avec l’envie de rendre hommage aux Wallons qui, par leur talent ou leurs travaux, se sont montrés dignes de la reconnaissance de la Wallonie. Finalement, toute personne qui a une attitude bienveillante et constructive, quel que soit son secteur de prédilection, a une chance d’être nominée et mise à l’honneur.

Dès le départ, c’est au Conseil d’Administration du CCW que revient le droit d’élire la personnalité ou l’association de l’année. Ses membres proposent des noms de lauréats potentiels et la réflexion sur les candidats proposés dure près d’un an. Il faut tenter d’être le plus objectif possible afin de trouver celui ou celle qui remplit au mieux les critères retenus, à savoir posséder un point d’ancrage namurois ainsi qu’une activité qui a un retentissement certain au sein de la population et qui fait rayonner la Wallonie au-delà de ses frontières.

Les lauréats de la Gaillarde d’Argent à travers les âges

 

En photos