Un retour aux sources

Le mouvement Harmonies et Fanfares débute dans nos régions dans la seconde moitié du XIXe siècle et connaît son apogée début du XXe siècle. De la vingtaine de formations que compte alors Namur, il n’en reste que quatre (et une cinquième créée plus récemment). Le Comité Central de Wallonie dans son esprit de « retour aux sources » et de défense du patrimoine et de nos héritages a souhaité mettre en avant ces formations musicales, derniers vestiges d’une épopée pas si lointaine, mais qui connaissent toutefois aujourd’hui une nouvelle vie.

L’édition 2021

C’est donc autour de ce projet que le Comité Central de Wallonie a regroupé cinq formations issues de ce mouvement, qui joueront leur morceaux le samedi 18 septembre 2021 dès 15h00 dans les Jardins du Maïeur :

  • 15h00 – 15h30 : Musique Royale de la Police de Namur Capitale
  • 15h35 – 16h05 : Harmonie Royale Ouvrière de Saint-Servais
  • 16h10 – 16h30 : Prestation commune + Les Molons
  • 16h40 – 17h10 : Tautis’ Band de Belgrade
  • 17h15 – 17h45 : Harmonie Royale Ouvrière de Malonne

Le comédien Vincent Pagé animera la présentation de ce festival de fanfares.

Le Tautis’Band de Belgrade

Le Tautis’ Band est un groupe musical composé essentiellement d’instruments à vent et de percussions. Il a vu le jour en septembre 2014 sous l’impulsion de quelques villageois désireux de raviver Belgrade en musique lors des manifestations locales.

Rapidement, quelques musiciens de toutes générations, professionnels ou amateurs, se réunissent le dimanche de 10h00 à 12h00 dans un local de l’ancienne maison communale de Belgrade pour travailler, dans la bonne humeur, des morceaux connus et moins connus tirés de répertoires éclectiques : musique de films, reprises de jazz et de variété, mélodies populaires…

Les objectifs du groupe sont à la fois simples et ambitieux : animer Belgrade ainsi que les autres villages proches ou plus lointains lors de manifestations en tous genres (marchés de Noël, fêtes de village, brocantes et braderies, commémorations officielles, inaugurations, anniversaires…). Toutes les occasions sont bonnes pour se produire dans une ambiance décontractée, festive ou parfois plus solennelle.

Depuis sa création, le Tautis’ Band a eu l’occasion de se produire à de multiples manifestations, notamment aux Fêtes de Wallonie, au marché de Noël de Namur, dans les Fêtes belgradoises, au marché de l’ascension à Jambes, en accompagnement musical de la chorale la Sarteline, au Patchwork Musical de Fleurus ou encore en Normandie. En outre, elle a organisé deux rencontres musicales.

La Musique Royale de la Police de Namur Capitale

La Musique Royale de la Police de Namur Capitale, qui reste une des rares musiques de Police de Belgique en activité, est née en 1947. Lors de sa création elle a évolué sous forme de clique (tambours et clairons), pour ensuite se transformer en fanfare. Elle participe à de nombreuses manifestations patriotiques et cérémonies officielles de la Ville de Namur, notamment la cérémonie du souvenir au cimetière de Belgrade, l’hommage à François Bovesse et la célèbre messe en wallon lors des Fêtes de Wallonie.

Elle a reçu avec honneur le titre de royale en 1997. Elle se déplace un peu partout en Belgique pour animer diverses manifestations de police, ainsi qu’à l’étranger. De ces prestations étrangères est né son jumelage avec l’Harmonie de Marsannay-La-Côte en Bourgogne. La musique compte une trentaine de musiciens. Initialement composée essentiellement de policiers avec quelques « renforts ». Actuellement, les policiers sont devenus minoritaires, mais les collègues civils recrutés avec des critères de moralité compatibles avec la fonction et l’uniforme de police, maintiennent une image remarquable.

L’Harmonie Royale Ouvrière Communale de Saint-Servais

Dans la mouvance de la création de fanfares et d’harmonies dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’Harmonie de Saint-Servais voit le jour dès 1851. À partir de 1923, elle est autorisée à porter le titre de royale et est rebaptisée en 1945 « Harmonie Royale Communale de Saint-Servais ». En 1947, elle dispose d’une école de musique au sein de laquelle les cours sont dispensés gratuitement.

L’année 1972 voit la fusion de deux sociétés de musique saint-servaitoises ; d’une part l’Harmonie Royale Communale de Saint-Servais, et d’autre part l’Harmonie Royale Ouvrière de Saint-Servais, qui forment l’harmonie actuelle. Aujourd’hui composée d’une vingtaine de musiciens (instruments à vent et batterie), l’harmonie répète les mercredis de 20h00 à 22h00 au Centre culturel de Bomel.

L’Harmonie Royale Ouvrière de Malonne

Des doutes existent sur la date exacte de création de l’Harmonie Royale Ouvrière de Malonne : 1835, 1839 ou 1842. Elle récolte sa première médaille à Nivelles en 1845.

Jouer de la musique procure du plaisir. L’harmonie est donc un endroit où on s’amuse, s’instruit et nourrit des contacts sociaux dans un esprit de franche camaraderie. Il n’est donc pas étonnant qu’à l’époque de sa fondation où les distractions étaient rares, l’harmonie était composée exclusivement d’ouvriers, tant les exécutants que le comité. C’est ce qui lui valut l’appellation « Harmonie ouvrière ». En 1921, Albert Ier autorise la doyenne des sociétés malonnoises à porter le titre de « Société royale ».

L’Harmonie Ouvrière de Malonne est également une pépinière de jeunes talents. Des cours particuliers sont organisés par des professeurs chevronnés, issus de l’IMEP et/ou d’un Conservatoire, eux-mêmes musiciens au sein de la formation.