Comme chaque année durant les Fêtes de Wallonie, le CCW a à cœur d’entretenir et de perpétuer les traditions populaires. C’est pourquoi différents groupes folkloriques et musicaux sont mis à l’honneur le samedi après-midi dans les rues de Namur. Ils déambulent au gré des quartiers pour le plus grand plaisir de tous. Attention mesdames et messieurs, laissez passer et admirez ce beau monde!

Le samedi après-midi: cortège folklorique itinérant

De nombreux groupes folkloriques déambuleront à travers la ville et offriront au public des spectacles à travers les différents quartiers. Cette année, le cortège itinérant dans les rues de Namur sera composé des groupes folkloriques suivants :

 

Les Echasseurs namurois

Ils existent depuis 1411 et depuis lors la tradition se perpétue. A tel point que les Echasseurs posent aujourd’hui leur candidature afin d’être reconnus comme patrimoine mondial immatériel de l’UNESCO.

Les échasseurs sont divisés en 2 groupes: l’un sous le nom de Mélans groupait historiquement les jeunes nés dans la ville ancienne (échasses jaunes et noires) et l’autre, les Avresses comprenait ceux nés dans la nouvelle ville (échasses rouges et blanches).

Les jouteurs s’efforcent de faire tomber l’adversaire en utilisant divers procédés : bourrades de l’épaule, parades de coudes, « côps d’pougn è stoumac », blocages de l’échasse, génuflexions et bien d’autres.

Les jouteurs doivent faire preuve de force, d’adresse et d’agilité. Les combats sont osuvent impressionnants!

 

Les Alfers namurois 

Le jeu du drapeau est d’origine militaire. Au 16ème et 17ème siècle, chaque compagnie d’infanterie possédait un drapeau particulier confié à un officier : le porte-drapeau. Au cours des parades, celui-ci « jouait du drapeau ».

Le jeu, confié à une belle et noble personne, était considéré comme un art véritable. Le jeu du drapeau, en vigueur dans le Namurois, le Brabant et en Flandres, dérive de 500 ans de pratique quasi continue. Le nom traditionnel du joueur de drapeau est Alfer.

Le jeu du drapeau est un exercice splendide. Pratiqué dans les fêtes namuroises depuis 60 ans, il est exécuté à la fois par plusieurs Alfers, en costume du 17ème siècle. Le jeu traditionnel de Namur, pratiqué avec des grands drapeaux, ne présente pas de figures lancées. Depuis 2007 toutefois, un deuxième jeu plus aérien a été développé. Celui-ci permet aux Alfers de lancer leurs drapeaux de plusieurs manières.

 

La Frairie royale des Masuis et Cotelis jambois

La cité mosane de Jambes a présenté pendant des siècles un aspect rural très prononcé. Sur les coteaux, les « Masuis » cultivaient la vigne et le houblon alors que sur les bords de Meuse, les « Cotelis » s’adonnaient à la culture maraîchère. C’est au début de 1960 sous la que fut créé le groupe folklorique. Son objectif principal est de ressusciter et de maintenir par la danse les traditions ancestrales de la région. Les costumes sont ceux qui se portaient les dimanches et jours de « dicausses » au 18ème siècle.

Le répertoire de danses est très varié. Axé principalement sur la danse traditionnelle de Wallonie, le groupe fait revivre matelotes, quadrilles, passe-pied et autres pas traditionnels, en veillant à conserver leur esprit et exactitude. Les musiques interprétées ont pour la plupart été retrouvées dans des carnets de ménétriers.

 

 

Les Molons – Société royale Moncrabeau

La Royale Moncrabeau est une société folklorique très ancienne de Wallonie. Elle a été fondée en 1843 mais ses origines remontent à la fin du 18ème siècle. Moncrabeau, est une société « chantante ». Elle eut comme premier directeur musical le musicien aveugle Nicolas Bosret.

Les Molons restent fidèles à leur devise, « plaisir et charité ». Ils sont fiers de servir sous la bannière de ces semeurs de joie et de réconfort. À plusieurs reprises, les Molons ont fait preuve d’un véritable héroïsme, notamment au cours des épidémies de choléra.

En septembre, ils organisent la quinzaine de collecte pour les pauvres honteux. Si vous vous promenez dans les rues de Namur pendant cette période, vous risquez de les apercevoir, en grands costumes avec leur Tchirlicke (tirelire) ou leurs listes afin de récolter un maximum d’argent pour alimenter la caisse des pauvres.

 

La Compagnie des Zouaves de Malonne

Elle  a vu le jour en 1898 à l’occasion du 1200e anniversaire de la mort de St-Berthuin, fondateur du village de Malonne. Elle succède ainsi à l’ancienne milice villageoise qui escortait traditionnellement la procession de la châsse de St-Berthuin (trésor d’orfèvrerie daté de 1601)

Il s’agit du plus ancien groupe de marche folklorique de la Ville de Namur et surtout du seul groupe de Marche d’Entre-Sambre-et-Meuse namurois. Le costume de Zouave a été choisi aux alentours de 1871, lorsqu’un véritable Zouave (soldat de l’armée française) fuyant les combats de Sedan lors de la guerre franco-prussienne a trouvé refuge à Malonne. Ayant abandonné son costume sur place, les malonnois ont choisi de revêtir celui-ci comme le voulait la tradition à ce moment-là dans l’Entre-Sambre-et-Meuse

 

 

Le Tautis’ Band

Le Tautis’ Band est un groupe musical composé d’instruments à vent et de percussions. Il a vu le jour en  2014 sous l’impulsion de quelques villageois désireux de raviver Belgrade en musique lors des manifestations locales.

Rapidement quelques musiciens, pros ou amateurs, se sont réunis pour travailler dans la bonne humeur et avec sérieux. Ils reprennent des morceaux tirés de répertoires éclectiques tels que musiques de films, reprises de jazz et de variété, mélodies populaires…

Les objectifs du groupe sont à la fois simples et ambitieux : animer Belgrade ainsi que les autres villages proches ou plus lointains lors de manifestations en tous genres. Toutes les occasions sont bonnes pour se produire dans une ambiance décontractée, festive ou parfois plus solennelle.

 

Les Wallonies
dans votre poche